Friday, June 8, 2018

Comment utiliser le Retour à la maison (RTH) DJI en toute sécurité

Le retour à la maison est une caractéristique de sécurité utile présente sur les drones de marque DJI, cependant, il est possible que la façon dont ce système fonctionne soit mal comprise, ce qui malheureusement peut parfois conduire à des accidents de drones qui auraient pu être évités.

Nous allons donc examiner en profondeur ce système ainsi que la façon dont il fonctionne. Bien que ce mode ne soit pas propre au drones DJI seulement, nous nous pencherons ici sur les spécificités du système embarqué chez DJI.

C'est une caractéristique qui vaut vraiment la peine d’être détaillée et comprise car elle pourrait bien vous sauver la mise un de ces jours.

rth radiocommande mavic pro
rth radiocommande phantom

Les boutons RTH sur les radiocommandes du Mavic Pro (gauche) et Phantoms (droite)

Il y a 3 types de « retours à la maison » chez DJI qui ont tous les 3 des causes différentes :

Batterie faible

Comme son nom l'indique, ce RTH est déclenché lorsque la batterie de vol intelligente DJI est épuisée au point d'affecter le retour du drone a la base. Lorsque cela se produit, une notification apparaîtra sur votre écran dans l'application DJI GO/4 et le drone commencera automatiquement à monter jusqu'à la hauteur que vous avez choisie (RTH altitude) et reviendra automatiquement si aucune action n'est effectuée après un compte à rebours de 10 secondes. Si la puissance de la batterie est très faible, le drone se posera automatiquement et cela ne peut pas être annulé par le pilote si la batterie est vraiment trop faible (moins de 8% en général).

Ce type de RTH est celui qu'il vaut mieux éviter et le plus facile à anticiper. Pensez à régler des alertes dans votre App DJI Go 4 ! Une première a 30 % de batterie pour commencer votre retour et une deuxième vers 15% pour commencer la descente et poser l’engin. Ces chiffres, donnés à titre d’exemples, sont bien entendu à relativiser si votre retour se fait face au vent et si vous volez loin niveau distance !

Vous pouvez par ailleurs assigner des raccourcis aux touches situées en dessous de votre radiocommande pour accéder plus facilement aux données batterie en vol.

Failsafe

Le Failsafe RTH se produit lorsque votre drone perd le signal pendant 3 secondes ou plus lorsque vous utilisez la télécommande ou 20 secondes lorsque vous utilisez le Wi-Fi.

Lorsqu'il entre en action, il fera l'une des trois choses suivantes, selon la façon dont vous l'avez configuré (Ceci est réglable toujours via votre App DJI Go 4).

Tout d'abord, si vous l'avez réglé sur RTH, il montera à la hauteur RTH sélectionnée et commencera à revenir vers vous et une fois que vous recevez le signal retour, vous pouvez l'annuler et reprendre les commandes. Deuxièmement, si vous l'avez réglé sur « Hover » ou « vol stationnaire », votre drone va juste planer à sa position actuelle, afin que vous puissiez marcher vers lui et rétablir votre signal. Cependant, si vous ne parvenez pas à rétablir votre signal et que le batterie RTH est déclenché, le drone retournera à la maison ou à terre selon les réglages de votre RTH batterie. Troisièmement, il peut être réglé pour atterrir, donc il ne fera qu'atterrir dans sa position actuelle.

Je n’utilise personnellement (et vous conseille d’en faire de même) que le retour automatique sur le Failsafe, surtout depuis que je possède le Mavic Air, qui perd très (trop ?) souvent le signal en vol en zone urbaine. La deuxième option ne sert pas à grande chose d’après moi et la troisième n’est pas envisageable si vous volez au-dessus de l’eau…

C’est la seule forme de Retour à la Maison que j’utilise personnellement, en cas de perte de signal en vol. Je le laisse généralement revenir un peu et l’annule pour reprendre le contrôle dès que le retour vidéo revient sur mon smartphone.

Smart RTH

Il s'agit d'un RTH déclenché par l'utilisateur lorsque vous appuyez sur le bouton RTH sur votre télécommande ou dans l'application. Une fois que le bouton a été appuyé, le drone commence son vol de retour à son point d'origine.

Il peut être arrêté à tout moment en appuyant sur le bouton Pause de vol de la télécommande ou en appuyant sur l'icône Stop dans l'application.

Si vous pilotez le Phantom 4 Pro ou Advanced, le drone va reproduire sa trajectoire de vol pendant environ 30 secondes avant de commencer son ascension et ainsi revenir directement vers vous. Il faut se rappeler que si votre drone se trouve à moins de 20 mètres de vous lorsque vous appuyez sur le bouton RTH (ou si vous perdez le signal), il atterrira juste là où il se trouve, mais si la zone d'atterrissage est dangereuse, il essaiera de trouver un endroit sûr pour atterrir ou simplement de rester à une faible hauteur jusqu'à ce que le pilote prenne le contrôle et lance l’atterrissage manuellement.

Réglages RTH dans DJI GO/4

menu reglages dji go 4

Sur la droite du texte "Home Point Settings" se trouvent 2 icônes. La première (avec la flèche) positionnera le point RTH au même endroit que la position de votre drone au décollage. La deuxième (avec la personne) positionnera le point RTH au même endroit que le porteur de la radiocommande. Pratique si vous changez de position pendant le vol. Attention à votre Home Point si vous dronez depuis un bateau !!! Les coordonnées de votre position GPS devraient changer.

Parfois, il vous sera surement impossible d'obtenir plus de 10 satellites pour régler votre home point (la barre ne tourne pas au vert et DJI Go 4 ne veut pas placer votre point sur la carte) et il vous sera difficile de régler votre home point. Pour éviter de "gaspiller" votre chère batterie et/ou avoir a redémarrer l'engin, vous pouvez le faire décoller sans avoir réglé le home point et dès que vous obtenez un bon signal GPS (la barre passe au vert), pensez à le régler en appuyant sur le bouton avec la personne ce qui réglera le point RTH sur l'endroit ou la radiocommande se situe. 

Parametres DJI Go 4

Maintenant que nous avons examiné les différents types de modes retour à la maison disponibles, jetons un coup d'œil aux paramètres de DJI Go/4 qui affectent ce fameux RTH.

Vision Positioning System. Le VPS de DJI a besoin d’être activé si vous souhaitez utiliser la protection a l’atterrissage et l’atterrissage de précision. La seule vraie raison d'éteindre cette fonction qui aide avant tout à la stabilité en vol, est si vous prévoyez de survoler une surface réfléchissante comme de l'eau, car la lumière réfléchie par l’eau a tendance à fausser les données reçues par le capteur.

La protection à l'atterrissage est un autre réglage utile car le drone va balayer le sol avant d'atterrir pour s'assurer que la zone d’atterrissage est appropriée. S'il n'est pas satisfait, le drone essaiera de trouver une zone d'atterrissage plus appropriée.

L'atterrissage de précision correspond au moment où le drone s'arrête brièvement après le décollage et prend une photo de sa zone d'atterrissage pour qu'il puisse être plus précis lorsqu'il revient, en faisant correspondre l'image à ce que le capteur voit en dessous de lui.

Le réglage RTH Obstacle Check signifie que votre drone vérifiera s'il y a des obstacles pendant son retour et s'il en détecte un, le drone remontera pour l'éviter. Si vous avez activé ce paramètre, cela signifie que votre oiseau vérifiera toujours même si vous avez désactivé la fonction Évitement d'obstacles pour le drone.

Tous ces réglages sont activés par défaut et c'est généralement une bonne idée de les garder activés tout le temps. Il vaut la peine de vérifier de temps en temps que vous n'avez pas accidentellement éteint l'un d'entre eux. Le Spark est cependant une exception à ce qui précède, car elle n'a pas ces réglages, mais seulement un seul réglage "Sensor State", qui permet d'activer ou de désactiver les capteurs.

Je désactive personnellement une bonne partie de ces options (sauf le VPS) car je lance le plus souvent en manuel et pas depuis le sol.

trajet de retour a la maison

Comment utiliser le Retour à la maison DJI en toute sécurité ?

Tout d'abord, vous devriez TOUJOURS suivre une routine pré-vol avant de vous lancer et régler votre altitude maximale de retour à la maison est un point parmi les plus importants !

Vous devez penser à enregistrer votre « Home Point » et pour cela, il vous fait au moins 10 connexions satellite GPS. Pensez à activer la connexion 3G/4G aussi afin d’avoir accès à la carte pour vérifier si le point est bien au bon endroit ! Oui DJI par le passé a connu des bugs qui plaçaient le point RTH a des kilomètres de la radiocommande…je ne vous fait pas un dessin quand le pilote tapait le bouton RTH en plein vol…

Votre Home Point peut être l'emplacement de votre drone avant le décollage ou il peut être là où se trouve votre télécommande pendant le vol, vérifiez toujours qu'il est bien correctement placé.

Enfin, assurez-vous de régler votre altitude de retour à la maison de façon qu'elle soit plus élevée que le plus haut des obstacles vous entourant. Habituellement, je le règle a 10m au-dessus de l’obstacle le plus haut, en cas de doute mieux vaut voir trop haut que pas assez (en respectant la hauteur de vol maximale autorisée bien entendu). Maintenant, votre RTH devrait pouvoir être utilisé en toute sécurité.

Vous devriez avoir une meilleure compréhension de cette fonctionnalité de base qui équipe aujourd’hui une grande majorité des drones, et pas que les DJI.

Gardez ici à l’esprit que ceci est avant tout de l’assistance en vol et que des problèmes peuvent survenir en vol (et oui les problèmes ça arrive malheureusement avec l’électronique…). Rien ne remplace un bon pilotage en manuel et mise à part les rares cas où vous perdrez le signal, vous devriez toujours garder votre drone a vue et être a même de le ramener à la base en vol manuel ! Ne profitez pas de l’assistance pour vous reposer et pour ne pas développer vos compétences de pilotage pur, c’est une hérésie selon moi…

En espérant vous avoir aidé. Bon vol !

Le nouveau drone Anafi de Parrot peut-il rivaliser avec les drones DJI ?

La guerre qui anime le marché des drones grand public commence à tourner au vinaigre pour les compétiteurs de DJI qui écrase plus que jamais la concurrence en s’incrustant dans quasiment tous les segments possibles depuis 2017 ! DJI a maintenant des drones dans toutes les gammes de prix, ciblant du débutant cherchant à faire de la selfie au photographe/vidéaste professionnel avec leur haut de gamme. Cela ne rend pas les choses simples pour notre Parrot national !

Dans un marché où Parrot est quelque peu à la peine depuis quelques années (source Europe 1), la marque Française se ressaisit et lance aujourd'hui un nouveau drone : le Parrot Anafi.

A première vue, l'Anafi est un grand pas en avant pour Parrot par rapport à ses modèles Bebop et leurs évolutions. Qu’est ce qu’il faut ici retenir ?

Caractéristiques du Anafi

Pour commencer, l'Anafi de Parrot est pliable et compact, ne pesant que 350 grammes. C'est ce qui fait déjà la différence avec les DJI Mavic Air et Spark en termes de portabilité, à des fins de comparaison. La nouvelle réglementation Française entrant en vigueur en 2018, Parrot se positionne avant l’été.

drone anafi vue de devant
le anafi ouvert vue de dessus
parrot anafi plié

Contrairement au Spark et comme le Mavic Air, l'Anafi peut shooter en 4K (17:9) et offre le HDR, ce qui est une grosse avancée chez Parrot est un des derniers constructeur a offrir la 4K sur ses drones.

Son appareil photo dispose d'un capteur Sony IMX230, d'un processeur vidéo Ambarella qui lui permet de prendre des photos de 21MP. Il bénéficie également d'une stabilisation sur 3 axes mécanique (en plus de la stabilisation logicielle) et d'une inclinaison verticale de 180 degrés, ce qui permet plus d'options créatives.

Caractéristiques de la caméra :

  • Capteur CMOS Sony® 1/2.4’’ 21MP
  • Grand angle f/2.4 ASPH
  • Longueur focale 35mm. 23-69mm (photo), 26-78mm (video)
  • Compatible Adobe DNG/RAW

Le Anafi possède par ailleurs un zoom optique 2.8X (1.4 seulement en 4K) qui, couplé à leur nouveau mode Dolly Zoom Effect, promet d'offrir encore plus d'options créatives au pilote !

Grâce à ce que Parrot décrit comme un "design bio-inspiré" et une batterie intelligente, l'Anafi offre sur le papier plus d’autonomie que les Mavic Air et Spark, en restant pendant environ 25 minutes dans les airs. Il peut également être chargé avec un câble USB-C, ce qui est pratique.

En mode sport, sa vitesse maximale est de 55km/h (34mph). Selon Parrot, l'Anafi peut supporter des vents de 50 km/h et a une portée maximale de 4 km.

L'Anafi de Parrot se pilote avec le Skycontroller 3 de Parrot, qui, comme le drone, se déploie rapidement et est prêt à être lancé en quelques secondes seulement. Vous pilotez l'Anafi à l'aide de l'application FreeFlight 6 de Parrot, qui inclut une gamme de modes de vol automatisés allant des dronies au mode suivi de sujet.

Au lieu de se fier au GPS, le système de suivi de Parrot utilise un réseau neuronal pour localiser la cible pour chaque plan.

skycontroller 3 pour diriger le anafi

Skycontroller 3 de Parrot

Une autre première pour Parrot : Vous pouvez maintenant stocker tous vos médias sur la carte microSD de 16 Go incluse, au lieu d'avoir à se connecter à la mémoire flash interne du drone comme avec les anciens modèles de Parrot.

La gimbal peut par ailleurs bouger sur un axe de 180 degrés, ce qui est vraiment cool et permettra aux pilotes de créer de nouveaux plans vidéo et des photos toujours plus originales.

Le Parrot Anafi n'a pas de technologie d'évitement d'obstacles ?

Cela fait maintenant plus de deux ans que Parrot a offert un produit concurrent « sérieux » sur le marché des drones grand public (Bebop 2).

Une fonctionnalité chère aux drones DJI se remarque ici par son absence : l’absence de reconnaissance des obstacles ou de technologie d'évitement. Parrot a ici clairement fait le choix de ne pas équiper son Anafi de cette technologie (qui ne sert pas à tout le monde entre nous) et n’offre donc pas de caractéristiques de sécurité aussi avancées que son concurrent Chinois.

le anafi et sa gimbal

Bien que l'évitement des collisions ne soit pas une garantie que les accidents ne se produiront pas en vol, il s'agit tout de même d'une mesure préventive utile, surtout pour les débutants, qui contribue grandement à réduire les nerfs qui accompagnent les vols, particulièrement dans les espaces restreints ou en intérieur.

Parrot risque ici également de ne pas séduire certains pilotes professionnels. Si vous inspectez un toit de maison ou prenez des photos pour le secteur de l'immobilier, allez-vous vraiment choisir un drone sans détection d’obstacle ? Même les pilotes les plus habiles et confiants préféreraient avoir ce système de sécurité.

Étant donné que Parrot offre également des solutions professionnelles, couvrant les drones, les logiciels et les services dans les secteurs de l'agriculture, la cartographie 3D, l'arpentage et l'inspection, cela semble être une occasion manquée de faire du pied à ce secteur.

La plupart des drones DJI sont ostensiblement destinés aux débutants, mais ils finissent néanmoins par être utilisés par les professionnels. Il est probable que leurs caractéristiques de sécurité avancées en sont l'une des raisons principales.

Il ne fait bien entendu aucun doute que Parrot ait exploré la possibilité d'inclure ce type de technologie avec le Anafi. Cela ne doit pas avoir été viable avec le niveau de prix que le fabricant français avait à l'esprit.

Pour commencer, lancer un drone sur un marché de grande consommation déjà saturé par DJI n’est pas une simple opération. Ensuite, il est clair que sans le positionnement agressif de DJI et sa gamme de produit, Parrot ne serait pas en train de rattraper son retard en termes de technologie. Ils n'auraient pas besoin de fixer le prix de leurs nouveaux produits avec autant de soin et à faire des compromis entre innovation et prix du produit.

Il ne fait aucun doute qu'il a fallu beaucoup de travail et de temps pour produire un drone compétitif, du moins sur le papier, capable de se défendre face aux meilleurs modèles de DJI. Parrot devrait être récompensé pour avoir atteint cet objectif, le drone a l'air prometteur sur le papier. A voir ce que cela donnera en test !

parrot anafi dans sa boite de transport

Info sur les prix et la date de sortie

Vous voulez donner une chance au Parrot Anafi ?

Il peut être pré-commandé dès aujourd'hui et sera en magasin à partir du 1er juillet 2018 au prix de 699 € chez certains détaillants en électronique grand public, sur Amazon.com et via le site Parrot.com.

J’ai personnellement hâte de mettre la main sur ce nouveau modèle !

Monday, January 22, 2018

DJI Mavic Air ?

DJI a récemment envoyé des invitations pour un événement dont le slogan est "Adventure unfolds" et qui aura lieu demain, le 23 janvier 2018 à New York. Il n' y a pas beaucoup d'informations qui ont filtrés d'un point de vue officiel, juste une vidéo de type "teaser" avec une musique dramatique, des plans de drone, et ce qui pourrait être des gros plans sur un nouveau modèle de drone.

Mais d'après le site Kanzhaji.com, la compagnie chinoise #1 sur le marché du multirotor serait en train d'annoncer un nouveau Mavic au doux nom de "Mavic Air", un successeur potentiel du modèle ultra portable Mavic Pro, qui serait plus petit, plus rapide et plus léger d'après les premieres rumeurs qui ont pu filtrer sur le web.

Voir les premières photos de cette fuite (à prendre avec des pincettes encore, l'annonce officielle ayant lieu demain).

premieres images du dji mavic air
le dji mavic air en gris
drone pliable comme son predecesseur
mavic air en version blanc

Le site Kanzhaji.com est connu pour avoir fourni d'excellentes pistes par la passé, notamment avant la sortie du DJI Spark.

A quoi peut on s'attendre avec ce Mavic Air ?

Quelle nouveautés pour ce DJI Mavic Air ? Eh bien pour commencer, aucun détail n'a encore filtré et nous sommes ici dans le domaine des rumeurs, mais sur la base des bruits de couloir et des attentes des amateurs de la marque DJI, il est fort probable que le nouveau drone de DJI offrira les caractéristiques suivantes :

- Plus petit et plus léger
- Plus rapide
- Design plus aérodynamique
- Temps de vol plus long (a voir ici...)
- Bras pliables (comme sur son prédécesseur)
- Gimbal 3 axes
- Double caméra avec fonction zoom
- Vidéo 4K
- Meilleure qualité photo/vidéo grâce peut-être à un capteur plus grand, un meilleur débit binaire, meilleur codec, fréquence d'image réglable, plus grande ouverture...

Le prix du Mavic Air viendra très certainement positionner l'engin un poil plus cher que le Spark et moins cher que le Mavic Pro.

Patience jusqu'à demain, je vous tiendrai informé bien entendu !

Le Tello vient séduire les débutants

Fabriqué par Ryze Tec en collaboration avec DJI, le drone Tello a marqué les esprits au CES 2018 grâce à son prix réduit et sa simplicité d’utilisation. Deux qualités qui semblent en faire le drone idéal pour les débutants ou les enfants.

Souvent présenté comme un drone DJI, le Tello est en réalité fabriqué par une startup chinoise, Ryze Tech, en collaboration avec DJI. Déjà disponible en Chine, le Tello sera commercialisé dans le reste du monde en mars 2018, aux prix très attractif de 109 euros ! Mais pour offrir ce prix, les concepteurs ont du faire quelques concessions : le Tello est essentiellement un drone d’intérieur, qui ne pourra s’aventurer en extérieur que par temps (très) calme.

drone dji tello

Un drone d’intérieur

98 mm de long, 92,5mm de large et environ 80 grammes : le Tello tient dans la main, et peut facilement être utilisé à l’intérieur sans se cogner partout. Et ça tombe bien, puisque le vol en extérieur lui est pratiquement interdit. La moindre bourrasque risque de l’emporter et il n’est pas waterproof.

mini camera 720p

Le Tello est d’ailleurs équipé en conséquence. Munis de moteurs Brushed et d’hélices de 3 pouces, il ne dépassera pas 8 mètres par secondes. Une vitesse limitée, mais idéale pour manoeuvrer en espace réduit. Il n’embarque pas non plus de GPS, et la portée de la transmission wifi est limité à 100 mètres. La batterie LiHV 3,8V de 1100 mAh offre une autonomie de seulement 13 minutes, et se recharge par micro USB.

Idem pour la photo. L’image est apparemment correcte, mais ne conviendra pas aux vidéastes ou aux photographes, puisqu’il s’agit d’une camera HD 720p avec une résolution photo de 5 Megapixels. Le Tello convient pour prendre des photos de groupe ou de petites vidéos souvenir, mais c’est vraiment tout ici. Notez que les photos et vidéos sont directement sauvegardés sur votre téléphone, le Tello ne disposant pas d’espace de stockage.

Toutes ces limites feraient presque passer le Tello pour un simple jouet, mais ce petit drone se rattrape dans d’autre domaines, notamment le pilotage et les fonctionnalités.

Un vrai plaisir à piloter

Grâce à la collaboration avec DJI, le Tello se rapproche de modèles plus haut de gammes en terme de fonctionnalités et de pilotage. Les ingénieurs de Ryze ont en effet pu inclure dans leur drone les technologies de vol DJI ainsi que le processeur Intel présents dans un modèle comme le DJI Spark (Retrouvez son test ici). On retrouve donc des options de pilotages et de photos bien connues des usagers de drones DJI.

• Stabilisation d’image

• Fonctionnalités EZ Shots pour la photo et la vidéo (Vidéo 360, Up and Away)

• Stabilisateur de vol

• Décollage et atterrissage automatique

• Throw & go, pour faire décoller le drone de votre main

• Atterrissage automatique en cas de problème de connexion ou de batterie

Et la liste n’est pas exhaustive ! Les différentes fonctionnalités sont présentées de manière plus parlante dans cette vidéo publicitaire :

Toutes ces options sont accessibles sur l’application smartphone qui sert à piloter le drone. Compte tenu du prix, aucune radio-commande n’est fournie, mais l’application est compatible avec les contrôleurs bluetooth Gamesir Remote Controller ou Apple MFi.

Un bon drone d’initiation

L’autre point fort du Tello est qu’il propose deux options rarement disponible sur les drones entrée de gamme : le pilotage à la première personne, très utilisé en courses de drone, et la programmation de plan de vol. Deux fonctionnalités avancées qui éviteront que le Tello ne finisse rapidement au fond d’un tiroir.

L’application fournie avec le drone est en effet compatible avec les casques de réalité virtuelle pour smartphones. Il est donc possible de s’essayer facilement au vol à la première personne, alors que cette option requiert généralement l’achat de lunettes dédiés, forcément plus couteuses. 

La transmission Wifi n’est pas idéale pour le vol à la première personne, mais le Tello embarque 2 antennes, pour une transmission vidéo plus stable.

le drone tient dans la main

Le Tello est également fourni avec Scratch, un logiciel de programmation simplifié développé par le MIT. Conçu pour être utilisé par des enfants, ce logiciel permettra à tout à chacun de programmer facilement ses premier plans de vol. Et si cela vous plait, le Tello devrait également être compatible avec de logiciels de programmation plus complexes.

Le Tello est un excellent modèle pour les débutants souhaitants s’initier au pilotage de drone, ou pour les enfants qui ont fait le tour des drones jouets. Pour une centaine d’euros, vous obtiendrez en effet un drone à la fois simple à utiliser et très complet en terme de fonctionnalités.

tello disponible dans plusieurs coloris

Le Tello est disponible dans plusieurs coloris, comme le Spark !